•  

    ATTENTION ! CECI ÉTAIT ORIGINELLEMENT UNE COMMANDE.

    ELLE PRÉSENTE LE COUPLE  NAMI x ZORO.

     

     

    C'était un matin particulièrement agité sur le Sunny. En effet, Sanji n'arrêtait pas de hurler, et pour cause : Luffy aurai profité d'un moment d'inattention de Sanji pour se servir dans le frigo, mal refermé donc facile d'accès, étant donné qu'il y avait un code. Une demande de Sanji à Nami pour éviter que le capitaine se serve en lousday, mais apparemment qui n'avait pas suffi pour cette fois. Du coup, le cuistot était très énervé. Il alla dans la cabine de la navigatrice pour lui demander le temps qu'il restait avant l'arrivée sur la prochaine île.

     

    Nami : Ne t'inquiète pas, Sanji, nous devrions atteindre cette île dans environ deux heures. De plus, l'aiguille de mon Log Pose ne tremble quasiment pas ; cette île n'est pas dangereuse. Tu pourra refaire le plein rapidement.

    Sanji : Merci, Nami Chérie ! *Mode Love-love*

     

    Un peu rassuré, mais pas calmé pour autant, le cuistot constata l'ampleur des dégâts : la moitié de la nourriture avait été boulotée par Luffy, qui avait reçu un bon coup de pied de la part de Sanji d'ailleurs, le repas n'était pas prêt et il y avait beaucoup de vaisselle à faire.

    L'homme au sourcil enroulé demanda alors de l'aide à tous les membres d'équipage disponibles. Chopper et Brook faisaient la vaisselle, Robin aidait à la cuisine en surveillant la marmite, tandis que Usopp était à la vigie pour surveiller les alentours, Franky à la cale, surveillant le niveau de Cola, Luffy était parti dans un coin se faire oublier et Nami écrivait son journal de bord. Sanji, au bout d'un moment, sentit qu'il avait oublié une personne, et cette personne n'était autre que... Zoro ! Lequel dormait tranquillement contre le garde-corps, un bouteille de saké à ses côtés.

     

    Sanji : *Furax* Eh, Marimo ! DEBOUT !

    Zoro : Tu me fait mal à la tête, Love-Cook... la ferme.

    Sanji : Tu viens aider comme tout le monde ! HORS DE QUESTION que tu te la coule douce !

    Zoro : Ok, ok... *Encore un peu endormi*

    Sanji : *Le traîne jusqu'à la cuisine* Bon, apporte à Nami sa tasse de thé. J'ai pas le temps de le faire, mais si j'y vais, un truc va brûler, et si je n'y vais pas, le thé va refroidir et Nami Chérie ne sera pas contente. *Lui tend la tasse* Et ne renverse rien, Tronche de Cactus !

    Zoro : La ferme ! Je sais tenir une tasse quand même !

     

    Le bretteur, totalement réveillé à présent, se dirigea vers les quartiers des filles. Il toqua à la porte, et la jolie voix de la navigatrice lui parvint.

     

    Nami : Entre. *Écris*

    Zoro : Je t'apporte ton thé, Nami Chérie...

    Nami : Merci Zoro, et... *S'arrête brusquement* Attends... tu m'a appelée Nami Chérie, là ?

    Zoro : *Se met à rougir* Euh... euh... *Cherche une excuse* Et voilà, les manières de ce Cuisinier du Dimanche déteignent sur moi ! Ah, j'te jure... *S'en va*

     

     

    Une fois parti, Nami s'aperçut que ses joues étaient en feu. Pourquoi cela la faisait-elle autant réagir ? Et surtout, pourquoi de cette manière ? Il était vrai que, depuis quelques temps... elle devenait assez mal à l'aise en le regardant. Et que sa présence lui était devenue presque indispensable. Qu'est-ce qu'il était mignon...

    Tout à coup, elle secoua la tête, se rendant compte de ses pensées. Mignon ? Et puis quoi encore ? Elle en avait bien besoin, tiens, de tomber amoureuse ! Qu'est-ce qu'il ne fallait pas entendre... elle se replongea dans son carnet, toute confuse.

     

    De son côté, le bretteur se demandait comment il avait pu réagir de cette manière. C'est comme si, dans son subconscient, il en avait rêvé, de lui dire ça... il se sentait très gêné. Heureusement que personne ne l'avait vu. Mais il ne comprenait toujours pas. Il décida d'aller demander conseil à Chopper, qui avait entretemps fini sa vaisselle et qui s'était retiré dans son cabinet en attendant le repas. Il se dirigea promptement vers le local de son ami, les pensées un peu embrouillées.

     

    Zoro : *Entre dans le cabinet* Eh Chopper... j'ai un truc à te demander.

    Chopper : Mh ? Oh, Zoro. Je t'écoute, que t'arrive-t-il ?

    Zoro : Est-ce que, quand on regarde une personne, être pris de rougeurs au niveau des joues et avoir un peu mal à la tête, c'est normal ?

    Chopper : Eh bien... attends un peu... ah, je sais !

    Zoro : Ouais ?

    Chopper : Tu viens de me décrire... la réaction du corps face à un sentiment amoureux !

    Zoro : T'es sérieux là ?

    Chopper : On ne peux plus sérieux, Zoro. Maintenant, si tu n'a plus rien à me demander, tu pourrai fermer la porte ? Ça crée un courant d'air nocif pour les potions qui sont à l'air libre.

    Zoro : Ah, ok... non, j'ai plus rien à te demander... *S'en va*

     

    Un... sentiment amoureux ? Il n'en revenait pas. Ce qu'il ressentait pour Nami depuis des mois était... de l'amour ? Possible, quand il ne l'avait jamais connu. C'est vrai que son fort caractère collait parfaitement avec le sien, et qu'elle était plutôt mignonne. Oui, très jolie même. Il en était vraiment troublé.

     

    Plus tard, après le repas un peu tendu – Luffy avait tenu à se mettre totalement à l'opposé de Sanji qui lui jetait des regards noirs – un grand cri se fit entendre. C'était Usopp qui annonçait la terre, car l'île était maintenant en vue. Une fois le bateau amarré, Luffy repris son rôle de capitaine, et par conséquent la direction des opérations.

     

    Luffy : Bon, Brook, Robin et moi, on va explorer l'île voir s'il n'y a pas de trucs chouettes !

    Chopper : Je vais explorer l'île de mon côté, pour trouver des plantes médicinales.

    Sanji : Et moi je vais remplir le frigo... *Aura noire*

    Franky : J'y vais aussi pour abattre quelques arbres pour en faire des planches.

    Luffy : Ok ! Et toi Nami ?

    Nami : Je reste sur le Sunny. J'ai la carte de l'île à dessiner, donc je dois préparer mes instruments.

    Zoro : Je reste aussi pour surveiller le bateau.

    Luffy : D'accord ! Pas de problèmes, Shi Shi Shi !

     

    Une fois tout les autres partis, Nami se retira dans sa cabine. Elle prépara ses crayons, sortit une toute nouvelle feuille, régla son compas et commença par noter les coordonnées de l'île, mais elle avait l'esprit, disons, ailleurs.

    Zoro, lui, repensait à ce qu'avait dit Chopper. « La réaction du corps face à un sentiment amoureux ». Un sentiment amoureux... il voulait en être certain, et cette occasion était rêvée... Ils étaient tous les deux, juste tous les deux sur le Sunny, une situation très rare. Et quand bien même il essayait de parler à Nami seul à seul, il y avait toujours quelqu'un qui essayait de s'incrustait dans la conversation, qui faisait son curieux ou bien tout simplement qui venait quémander quelque chose. Il voulait lui parler maintenant.

    Il prit son courage à deux mains et se rendit pour la seconde fois de la journée dans le quartier des filles, sauf que cette fois, il claqua tellement la porte contre le mur que le Sunny s'ébranla. Nami en resta coite.

     

    Nami : ............................. Zoro ?

    Zoro : Ah ! Euh... *Rougis*

    Nami : *Rougis* Que... il y a quelque chose que tu voulais me dire ?

    Zoro : Non ! Euh, oui ! Si, je veux te dire quelque chose !

    Nami : *Se lève de sa chaise* Ah, vraiment ? Et qu'est-ce que c'est ?

    Zoro : Euh... euh... N-N-N-Nami... je voulais te dire... *Bloqué*

    Nami : *S'approche de lui* Oui ?

    Zoro : Tu... je... *La prend dans ses bras*

    Nami : Zoro...

    Zoro : Tu... depuis quelques temps, j'arrête pas de penser à toi... mais pas comme une simple camarade ou membre du même équipage... et...

    Nami : O-o-o-o-oui ? *Rougis énormément*

    Zoro : Quand je te vois, j'ai l'impression de fondre... je perds tous mes moyens, et je deviens incapable d'aligner trois mots correctement sans passer pour un débile à tes yeux !

    Nami : Zoro... sache que jamais, au grand jamais tu ne passerai pour quelqu'un de tel à mes yeux...

    Zoro : Nami... je t'aime...

    Nami : Zoro... moi aussi je t'aime !

    Zoro : *Se penche vers elle et l'embrasse*

     

    FIN !


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique